Le métier de communicateur animalier ne connaît pas encore de cadre juridique. Pour autant, je suis très attachée à une étique personnelle issue de ce qui est considéré comme le code éthique de la profession, établi en 1990 par Pénélope Smith.

 

Tout d'abord, il est important de considérer l'animal avec lequel je communique comme un être évolué et intelligent, et surtout pas comme un être « inférieur » (même s'il est différent). Pour une meilleure compréhension, j’utilise parfois les mots « maître » ou « propriétaire »(terme juridique), cependant, il m’est important de préciser que je le fais sans aucune connotation de supériorité de l’humain par rapport à l’animal.

 

Ma motivation est avant tout le désir d’aider les créatures de toutes les espèces à mieux se comprendre, et de réveiller ou révéler les facultés inhérentes à chaque être humain pour qu’ils puisse communiquer aisément et directement avec les autres formes de vie dans la compassion.

 

La communication animale n’est pas une science exacte, l’erreur est possible. Aussi, je veille à émettre des suppositions avec humilité et bienveillance, et non des certitudes sur les informations que je reçois.

 

Je ne cherche pas à cultiver la dépendance, et préfère stimuler la curiosité et encourager l'autonomie en offrant aux gens la possibilité de développer leur relation avec les animaux.

 

Etant donné qu’il peut arriver d’avoir accès à des informations parfois très personnelles relatives au propriétaire d’un animal, je respecte la confidentialité et la vie privée de chacun. Ainsi, je n'entre pas en communication avec un animal sans l’accord préalable de son propriétaire.

 

En transmettant les informations que je reçois, je donne aux personnes qui m'ont demandé de communiquer avec leur animal la latitude nécessaire pour décider de la meilleure façon d’aider leur compagnon. Je respecter quoi qu’il puisse parfois m'en coûter, leur volonté de suivre ou non les indications que je leur donne.

 

Je ne condamne personne pour ses erreurs d’appréciation ou ses incompréhensions. J'indique simplement les clés vers le changement et l’harmonie en offrant à chacun la possibilité de faire évoluer ses relations avec les êtres des autres espèces.

 

La communication avec les animaux a ses limites, et je recommande l’aide d’un professionnel lorsque le besoin s’en fait sentir.

N’étant pas vétérinaire, je ne suis pas en mesure de diagnostiquer ou de traiter des maladies. Je ne peux qu’exprimer les émotions de l’animal, ses ressentis, les symptômes qu’il présente et l’endroit où il ressent de la douleur tels que communiqués par lui. 

Si la communication animale peut permettre de donner des informations sur les origines possibles des pathologies (génétique, psychosomatique, etc….) et ainsi contribuer à la guérison, en aucun cas je ne me substitue à un Docteur diplômé en médecine vétérinaire pour tenter de guérir un animal. Les informations obtenues peuvent être utilisées ou non par un thérapeute, à sa discrétion.

 

Je suis responsable de mon intention au moment de la communication et de ce que je vais restituer comme informations au propriétaire. Cette pratique me demande donc respect et intégrité.

 

Je suis dans le partage lorsque je fais une communication avec un animal, et je propose mes compétences sur la base d'un échange équitable avec une valeur juste. Cet échange est important pour instaurer le respect et la crédibilité pour moi-même comme pour les personnes qui font appel à mes services. Chacun est libre d’accepter ou pas cet échange.